FAQs

 Qu’entend-on par une apostille et une légalisation, et quand sont-elles utilisées ?

Une traduction assermentée doit parfois être légalisée ou apostillée. Une apostille ou une légalisation permet de confirmer l’authenticité de la signature du traducteur. L’apostille doit provenir du tribunal où la signature du traducteur est enregistrée.

 

Quand une apostille ?

Si le document provient d’un pays ayant signé la Convention supprimant l'exigence de la légalisation des actes publics étrangers, les documents seront apostillés. Les pays_suivants ont_signé_la_convention.

 

Quand une légalisation ?

Si le document provient d’un pays n’ayant pas signé la Convention supprimant l’exigence de la légalisation des actes publics étrangers, le document doit être légalisé. Dans ce cas, vous devez vous adresser avec la traduction assermentée par le traducteur à trois instances, et ce, dans l’ordre suivant :
Tribunal d’arrondissement où la signature du traducteur est enregistrée, Ministère de la Justice, Ministère des Affaires étrangères.
Vous avez encore des questions ? Dans ce cas, n’hésitez pas prendre contact avec le bureau de traduction Trador.

Pour légaliser et apostiller des diplômes délivrés par des établissements d’enseignement néerlandais, vous pouvez vous adresser à IBG-groep à Groningen.

 

Combien de mots un traducteur peut-il traduire par jour ?

Un traducteur professionnel traduit en moyenne 1.500 à 2.000 mots par jour. Ces nombres peuvent varier en fonction du degré de difficulté du texte ou du taux de répétition.

 

Nous devons souvent traduire les mêmes types de textes, avec des passages pratiquement identiques. Dans ce cas, devons-nous chaque fois payer la totalité des mots ?

Bien sûr que non, le collaborateurs du bureau de traduction Trador créent des mémoires de traduction spécifiques au client, à condition toutefois de recevoir les textes sur support numérique. La mémoire augmente à chaque document que nous traduisons pour vous. Ainsi, il ne faut plus traduire les parties de texte déjà traduites précédemment, ni les facturer en totalité. Le logiciel que nous utilisons à cet effet insère automatiquement la traduction dans le texte, mais comme un ordinateur restera toujours un ordinateur, nous contrôlons toujours ces parties de texte, en ne facturant qu'une petite partie du prix au mot. Outre une économie sur vos frais de traduction, cela vous offre également l’avantage d’utiliser toujours la même terminologie. Ainsi, un texte d’emballage ne mentionnera jamais ‘Conservation’ dans une première traduction, puis 'Stockage’ dans une autre, mais toujours le même terme.

 

Pourquoi certaines langues coûtent-elles plus cher ?

Le prix dépend de l'offre et de la demande. Plus une combinaison linguistique est courante, plus le tarif sera attrayant.

 

Pourquoi le bureau de traduction Trador applique-t-il des prix par projet ?

Pour déterminer le coût d’une traduction, la plupart des bureaux de traduction comptent le nombre de mots dans la traduction (comptage de texte cible). Cela vous expose à de mauvaises surprises. Par contre, Vertaalbureau Trador base ses tarifs de projet sur le(s) texte(s) que vous nous livrez (comptage de texte source). Ainsi, chez Vertaalbureau Trador, vous connaissez déjà le coût de la traduction à l’avance.

contact

Vertaalbureau Trador

Nachtegaallaan 45

4005 EB Tiel

NEDERLAND

T +31 (0)344-661690

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.